• larvor yann

Réalisation d'une boite avec la CMT300.

Sommaire.

  1. Introduction.

  2. Le choix du bois.

  3. La vitesse de rotation.

  4. Résolution du problème de profondeur de la mortaise.

  5. Détermination de la hauteur de la boite.

  6. Première étape : le débit.

  7. Deuxième étape : l'usinage.

  8. Troisième étape : le montage.

  9. Conclusion.



I - introduction.



CMT300
CMT300


Jusqu'ici, j'ai suivi la notice :

  1. Introduction : les gabarits à queue d'aronde.

  2. CMT 300 - Le montage.

  3. CMT300 - Adaptateur Bosch POF 1400 - CMT300-SB1.

  4. CMT300 - Assemblage-Queue-aronde-semi-cachée - Utilisation


Maintenant, voyons ce que nous apporte l'expérience pratique.


II - Le choix du bois.


Le choix du sapin.

Mauvais choix. Le sapin résiste pas au montage au maillet en fin de réalisation. De plus, l'usinage est moins fluide qu'avec un bois dur.


Le Hêtre lamellé collé.

Tout le contraire du sapin. Vous pouvez trouver ce bois chez Leroy merlin.

  • lors du montage finale, il résiste aux coups du maillet.

  • lors de l'usinage, on travaille comme dans du beurre.

Le Hêtre "male" et le sapin "femelle".

Cette combinaison est esthétique.


III - La vitesse de rotation.


Question difficile : Une vitesse de 3, POF 1400, semble correcte. Il est nécessaire de bouger la défonceuse lentement, et sans aucun arrêt pour éviter de bruler la fraise et/ou le bois.


IV - Résolution du problème de profondeur de la mortaise.


La première réalisation, en suivant mot à mot la notice, est une déception. voir la photo ci dessous. Mes tenons ne s’en-boitent pas, elles dépassent de l'emplacement de la mortaise.


La profondeur de d’usinage dans la planche horizontal est trop faible. Je pense que si on avance la planche horizontal jusqu’au bord du gabarit ( Décalage à 5 mm du S ), au lieu de la positionner sur le repère « S » et que l'on recommence l’usinage sans changer les réglages sur ta défonceuse  on devrait pouvoir rentrer entièrement tes queues d’arondes dans leurs logement.

Évidement on fait cette passe d’usinage sans mettre la planche verticale cette fois.


Réalisation de l'assemblage sans ajustement
Réalisation de l'assemblage sans ajustement


Réalisation de l'assemblage après ajustement.
Réalisation de l'assemblage après ajustement.

Après correction, on obtient un bon résultat, que l'on monte en force.


V - Détermination de la hauteur de la boite.



CMT300-T128
CMT300-T128

Comme vous pouvez le voir ci dessus, il s'agit d'une série de queue d'aronde. Donc le commencement et la fin sont très importants pour la solidité de l'assemblage.


Déterminons la hauteur de la boite.


Je pense qu'un multiple de 10,75 mm fera l'affaire.


ma planche actuelle : 9,5 / 10.75 = 9.42.


Mini : 9 * 10.75 = 9.7 cm

Maxi : 10 * 10.75 = 10.75 cm


On ne peut qu'enlever du bois, donc la hauteur sera de 9,7 cm.



Plus simple que des calculs difficiles, prévoyez 5 cm de hauteur en plus et ensuite vous recoupez avec la scie circulaire à la meilleure hauteur.


VI - Première étape : le débit.





VII - Deuxième étape : l'usinage.


Avant l'usinage, on étiquette chaque partie de la boite.


Pour obtenir un bon résultat, suivez bien le plan.



Puis, on usine...


VIII - Troisième étape : le montage.


La première chose que je veux dire, c'est que c'est la première fois que je travaille des queues d'arondes. Elles ont leurs spécificités.


Le montage s'effectue au maillet, attention au paragraphe 4. L'utilisation de lamellé-collé hêtre permet plusieurs montage à blanc avant le collage.


Le résultat du montage, c'est très solide!



IX - Conclusion.


La réalisation d'un projet réel montre l'intérêt de ce gabarit une fois qu'on a écarté tous les petits problèmes qu'il a fallu surmonter. Un gabarit que l'on réutilisera !





boiteCMT300
.pdf
Download PDF • 703KB


Article 158 - @AutourDuBois - 2020.