• JY BEYSSERIAT

GESTE DE BASE DU MENUISIER AU PROFIT DES STAGIAIRES DU CLPS

Sommaire.

  1. Introduction.

  2. Les tracés.

  3. La découpe.

  4. Le perçage.

  5. Conclusion.


I - Introduction.


Le métier de menuisier demande des savoir faire de base qui peuvent paraitre très simple mais qui, si il ne sont pas maitrisés vont nuire à la qualité des réalisations futures. Dans cet article nous retrouvons les stagiaires du CPLS confronté à la découverte de ces outils et gestes de base.


II - Les tracés.


Tout d'abord le tracé, il doit toujours être propre net et précis car il conditionne la qualité des découpes et des assemblages qui suivront, et donc la réussite de l'objet fini. Qu'il soit petit ou grand le tracé est une opération initiale essentiel, une étape à ne pas manquer.


Ce cliché illustre bien mon propos, un stagiaire appliqué sur un tracé soigneux à l'aide d'une équerre à combinaison. L'équerre à combinaison est un instrument de traçage qui tend de plus en plus à remplacer le trusquin dan les ateliers en raison de sa précision et de sa facilité de réglage; on aurait tord de s'en priver!


III - La Découpe.


L'opération qui suit le tracé est bien souvent la découpe, vaste sujet tant les outils et les méthodes de découpes sont nombreuse dans le domaine du bois, mais ce n'est pas mon propos aujourd'hui. Pour les stagiaires du CLPS, dont certaines et certains n'ont jamais eu l'occasion de bricoler ou prendre en main des outils je commence par un petit exercice consistant en un trait de scie à la scie égoïne pour se mettre dans l'ambiance ou peut ensuite enchaîner sur l'utilisation de la scie à ruban ou une scie circulaire à onglet radial. Mais il est primordial d'avoir d'abord les sensations de la découpe quand on a la scie en main. Ce n'est, bien entendue, qu'une initiation car il faut plusieurs années pour former un bon scieur.




IV - Le perçage.


La troisième opération de base que je demande d'effectuer à mes apprentis menuisiers du CLPS est le perçage. Mais pas n'importe quel perçage, le perçage manuel à l'aide de ce bel outil qu'est la chignole. Nom magique qui sent bon la sciure et le travail du bois à l'atelier, qui sent aussi la sueur car pour le débutant ce n'est pas un outil facile à manier de prime abord, malgré sa robuste simplicité. Mais je l'aime bien car outre la concentration nécessaire à son maniement elle demande aussi de savoir doser l'effort entre la vitesse de rotation et la pression que l'on met afin de faire pénétrer la mèche dans le bois. Un bon exercice, en somme, juste avant la pause comme il se doit.


Sur ce document d'époque voici 2 beaux exemples de Chignole a main en figure 9 et 10. Je remercie le site wikipédia pour ce document.


Et maintenant passons aux travaux pratique toujours en compagnie de mes apprentis menuisiers et menuisières du CLPS.



V - conclusion.


Voilà, voilà un bon petit récapitulatif de ce que je nomme les opérations de base de la menuiserie. - TRACER

- SCIER

- PERCER


Je remercie chaleureusement les stagiaires et les animatrices du CLPS pour leur sérieux et les prise de vues sur le vif à l'atelier.

Article 183 - @AutourDuBois - 2021.