• larvor yann

Serre joint à vis : Comment les réparer !

Mis à jour : 31 mars 2019


Sommaire.

  1. Introduction.

  2. Nomenclature.

  3. Problème A : La tête du serre-joint se détache.

  4. Problème B : Le mors mobile sort de la tige guide.

  5. Problème C : On a beau serrer, ça lâche!

  6. Problème D : La goupille ne reste pas sur la vis.

  7. Conclusion.


I - Introduction.

Le serre-joint est la troisième main du menuisier, surtout si l’on travaille seul!

Ils nous rendent d’inappréciables services. Cependant, malgré le soin que nous leurs apportons et la qualité de leur fabrication il arrive qu’ils se détériorent et ne remplissent plus leurs fonctions: serrer en toute sécurité!

Pas de panique; inutile de les jeter, surtout lorsque que l’on dispose d’un petit budget pour bricoler. Selon le problème des solutions existent.

Voici 4 avaries facilement réparables.

  • La tête du serre-joint se détache!

  • Le mors mobile sort de la tige guide!

  • On a beau serrer, ça lâche!

  • La goupille ne reste pas sur la vis!

II - Nomenclature.


Serre joint - nomenclature.

La flèche rouge : montre la ce que j’appelle la tête du serre-joint.

La flèche bleu : pointe ce que j’appelle le mors mobile du serre-joint.

La flèche verte : désigne ce que j’appelle la goupille du serre-joint.

La flèche orange : indique ce que je nomme la tige guide du serre-joint.

III - Problème A - La tête du serre-joint se détache.

Le problème :

Cela arrive car lors du serrage : La tête est soumise à une pression importante et à la longue si le sertissage n’est pas bien effectué, elle se détache. Les vibrations, lors d’un usinage à la défonceuse par exemple, accentue le problème.

La solution :

  • à remettre la tête en place sur la tige guide. Au besoin en plaçant une cale de bois sur la tête et en frappant dessus avec un marteau pour la faire rentrer.

  • Une fois que la tige guide affleure ; on perce la tête et la tige guide au diamètre 4, 5 ou 6 mm selon la taille du serre-joint.

  • Puis dans le trou réalisé on insère une vis ( fig A ) et une rondelle plate et on visse un écrou frein hexagonal ( Fig B ).

  • Variante : on met une rondelle éventail et un écrou hexagonal.


Fig A - Serre joint.


Fig B - Serre joint.

IV - Problème B : Le mors mobile sort de la tige guide.

Le problème :

Sur les serre joint de bonne qualité au bout de la tige guide il y a rivet plein de sertis. Ce rivet sert de butée ; il a pour fonction d’arrêter la descente du mors mobile le long de la tige guide et de l’empêcher de sortir. De plus ce rivet tant à être remplacé par une empreinte emboutie au bout de la tige guide. Soit l’emboutissage est mal fait soit on à eu besoin de l’enlever ou d’enlever le rivet pour réparer le mors mobile.

La solution :

  • A percer un trou avec un foret métal de diamètre 2,3 mm ou 4 mm et de sertir un rivet à expansion ou rivet pop en acier ( Fig A ).

  • Pour les serre-joints de grande taille il vaut mieux percer au diamètre 6 mm.

  • Mettre une vis avec rondelle et écrou frein hexagonal.


Fig A - Serre Joint.

V - Problème C : On a beau serrer, ça lâche!

Le problème :

De chaque coté de la tige guide se trouve une série de crans ceux-ci servent au maintien du mors mobile lorsque l’on serre le serre-joint. A force d’utilisation répétée les crans peuvent s’aplatir ; il arrive aussi que le mors mobile prenne un peu de jeu. On a beau serrer très fort le serre-joint ne tient pas et glisse. Ce qui est frustrant à l’atelier.

La solution :

  • Commencer par enlever le mors mobile du serre-joint soit en enlevant le rivet en bas de la tige guide soit en limant l’emboutissage.

  • Caler le mors mobile dans un étau.

  • Sur l’arrière du mors mobile, à l’opposé de la vis de serrage. On repère et on pointe, avec un pointeau, le perçage au centre de cette partie du mors mobile.

  • On perce avec un foret de diamètre : - 2,5 mm pour un taraud M3. - 3,3 mm pour un taraud M4. - 4,2 mm pour un taraud M5.

  • On taraude le trou percé au diamètre que l’on a choisit.

  • Il ne reste plus qu’a insérer une vis au diamètre et au filetage correspondant. le mieux est de choisir une vis avec une tête ronde et une empreinte plate pour tournevis.

  • On remonte le mors mobile sur le serre-joint.

  • Il suffit de resserrer la vis que l’on vient de mettre en place afin quelle prenne appui sur la tige guide et le serre joint serre de nouveau !


Fig A - Serre joint.


VI - Problème D : La goupille ne reste pas sur la vis.

Le problème :

Cette goupille, qui n’est pas celle de la mécanique, est sertie à l’extrémité souvent arrondi de la vis de notre fameux serre-joint à vis. Elle se dessertie, là encore à force d’utilisation et souvent aussi parce que l’on ne prend pas garde et que l’on dévisse entièrement la vis lorsque l’on enlève le serre-joint. La goupille vient buter sur le mors mobile, on continue de dévisser et le sertissage lâche.

On peut essayer de la remettre en place et de la ressertir en martelant le métal à l’aide d’un chasse-goupille mais le résultat est moyen et finit toujours par lâcher lui aussi.


Serre joint.

La solution :

  • Commencer par enlever le mors mobile du serre-joint soit en enlevant le rivet en bas de la tige guide soit en limant l’emboutissage.

  • Caler le mors mobile dans un étau.

  • Aplanir l’extrémité de la vis à la lime, à la meuleuse pour un gros serre-joint.

  • Pointer le centre du perçage.

  • Percer avec un foret de diamètre : - 2,5 mm pour un taraud M3. - 3,3 mm pour un taraud M4. - 4,2 mm pour un taraud M5.

  • On taraude le trou percé au diamètre que l’on a choisit.

  • On replace la goupille sur la vis du serre-joint.

  • On ajoute une petite rondelle pour l’appui et une vis de diamètre correspondant que l’on n’oublie pas de visser dans le pas de vis que l’on vient de créer au bout de la vis du serre-joint.

  • On remonte le mors mobile sur le serre-joint.

VII - Conclusion.

Ne jettez plus ! réparer.

Article 86 - @AutourDuBois - 2018

#2018 #OutilsManuels

© 2020 par Yann L'Arvor - 1 Lot Ty Huel 29830 Ploudalmézeau - 02 98 38 70 29 - yann.larvor@monatelierbois.com